La Loi qui Interdit d'Acheter des Animaux en Animalerie

Livraison offerte en France dès 55€ d'achat ! 📦

la loi qui interdit d acheter des animaux en animalerie


Que dit la loi qui interdit l’achat de chiens et de chats en animalerie ? KlemKlem vous explique 

Aussi étrange que cela puisse paraître, « animaux » et « animalerie » ne font pas bon ménage. Mais alors, pour quelles raisons ? Pourquoi sera-t-il interdit dacheter un chien en animalerie à partir du 1er janvier 2024 ? Quelles sont les boules de poils qui ne seront plus en vente dans ces magasins ? KlemKlem vous dit tout sur la loi qui interdit dacheter des animaux en animalerie

Quelles sont les espèces concernées ? 

Tout d’abord, sachez que d’un point de vue moral, toutes ces informations sont également valables pour les rongeurs que l’on retrouve depuis des années prisonniers dans des cages en verre, et pour chaque être vivant mis en vente dans ces grandes surfaces. 

En effet, bien que la loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale ne concerne que les canidés et nos amis les félins, il nous revient de ne pas acheter de lapins, cochons d’Inde et autres rongeurs, ni de volatiles, eux aussi enfermés. Ces petites bêtes font partie de la liste des « Nouveaux Animaux de Compagnie » qui, pour le moment, ne sont pas concernés par ces mesures en faveur des droits des animaux. 

Que dit la loi qui interdit dacheter des animaux dans des jardineries ?

La loi contre la vente de chats et de chiens en animalerie évoque des raisons « éthiques et sanitaires ». Explorons ces questions plus en détail. 

Le problème éthique peut être mis en évidence par le simple fait de parler de « rayons chiens » ou de « rayons chats », tout comme on parle de « rayon nourriture » ou de « rayons meubles » dans un supermarché ou dans n’importe quelle grande surface pour acheter un objet de consommation. 

En effet, il n’est pas éthique de considérer un être vivant comme un objet que l’on décide d’acheter, ou dont on veut se débarrasser sur un coup de tête. Le vote de la loi entend donc lutter contre les « achats compulsifs et abandons d’animaux de compagnie ». L’aspect moral de faire un chiffre d’affaires grâce à la vente de ces bêtes est également questionnable, alors même que la Fédération des Jardineries et Animaleries de France s’oppose à cette loi en mettant en avant cette problématique. 

En ce qui concerne les conditions sanitaires, bien que les animaleries soient censées être contrôlées, c’est bel et bien l’environnement réservé aux chiens et aux chats qui pose question dans ces magasins. En effet, comme un chiot privé de son environnement naturel, enfermé dans un box qui n’est autre qu’un cube en verre, pourrait-il se développer correctement ? 

C’est sans compter le fait que les bébés en question sont souvent sevrés de manière précoce, ce qui contribue à leur mauvais état de santé, et donc à de potentielles complications lors de leur croissance, et tout au long de leur vie. Ces expositions d’animaux en vitrine, comme on expose un sac à main ou n’importe quel objet, n’auront donc plus lieu d’être à compter du 1er janvier 2024. 

Pourquoi privilégier ladoption en refuge ?

De plus en plus de personnes soucieuses des droits de ces boules de poils se demandent si prendre un animal de compagnie est un choix égoïste. Or, il existe une alternative plus que souhaitable à ces points de vente, et qui permet d’adopter un animal abandonné : les refuges de la Société Protectrice des Animaux, la « SPA » qui compte 56 refuges professionnels en France. Là-bas, des centaines, voire des milliers d’animaux attendent chaque jour d’être adoptés.

Alors, oui, adopter tout en respectant les besoins des animaux, c’est possible ! Offrir une nouvelle vie à une pauvre bête est également un choix plus responsable que de se tourner vers les élevages dont les motivations et les pratiques sont plus que discutables. En effet, la commercialisation des canidés et d’autres espèces domestiques est en partie responsable du nombre d’animaux abandonnés qui ne cesse d’augmenter chaque année. C’est d’ailleurs, entre autres, pour diminuer les abandons d’animaux que cette loi entre en vigueur. 

Comment faire pour défendre les droits des animaux à son échelle ?

Vous l’aurez compris, respecter les animaux ne nécessite pas nécessairement de se battre au sens propre du terme. En effet, tout le monde ne peut pas s’engager corps et âme dans la lutte contre la maltraitance animale. En revanche, chacun d’entre nous peut décider de ne pas acheter d’animaux détenus dans des conditions inadaptées avant même que janvier 2024 et la loi qui interdit d’acheter des animaux en animalerie ne pointe le bout de sa truffe. Lutter contre la vente en animalerie, et contre le commerce illégal d’animaux, cela passe avant tout par le fait de ne pas entretenir la vente en animalerie.  

Enfin, faire passer le mot est déjà un excellent moyen de protéger nos amis à quatre pattes ! Alors, n’hésitez pas à envoyer cet article à une personne à qui cela pourrait être utile, et à le partager sur vos réseaux sociaux afin de sensibiliser ceux et celles qui vous suivent. Même si on pense souvent que « ça ne changera pas le monde », chaque petit pas permet d’avancer vers un monde sans cruauté animale !  

Alors, KlemKlem vous remercie ❤️‍🩹 !

Sources : 

La loi du 30 novembre 2021 expliquée 

Le texte de loi n° 2021-1539 du 30 novembre 2021 visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes

 ♡

La team Klem Klem

1 commentaire

Laisser un commentaire